Menu du Jour #125

Par défaut

Tous les jours, un choix de 3 soupes toutes plus appétissantes les unes que les autres pour garder la forme sans sacrifier l’équilibre !

Soupe à la viande avec des morceaux : Purple Dialect – Leaves

 Ici, vous l’aurez remarqué, on aime beaucoup les ptits gars de chez Us Natives et pour cause ! Pour les fêtes c’est Purple Dialect qui s’y colle. Alors, que dire ? Franchement…. ben c’est bon, tellement que je ne sais pas quoi dire sans enfiler les lieux communs comme des perles. Ça groove, les MC’s ont la dalle et, petit bonheur personnel, sur la dernière piste au titre funéraire voilà t’y pas que débarque mon chouchou au masque à gaz, le bien nommé Ill Green. Je suis heureux. Ce disque me rend heureux à tel point que si j’étais Snoopy je m’allongerais sur ma niche avec pour l’écouter en regardant tomber la neige. Faîtes de même mais couvrez-vous.

Pasta Masta

Soupe à l’ancienne et à la main : Jones & Classyc D – Museum Music

On connait l’image, maintes fois rebattue, du gardien temple du hip hop qui a servi de rustines à tant d’inspiration dégonflée. Mais pas ici rassurez-vous. Bonkar Jones de La Storm n’est pas le genre d’artiste qui donne dans la demi-mesure : il prend le concept au pied de la lettre et le décline sur 12 pistes. Embarquez et suivez le guide à travers le Haut Temple mis en musique et en image par les talentueux Classyc D et Nicolas Sauge. Les samples tournent, les flows claquent avec le retour appréciable de Séisme à l’accueil du musée. Ce disque respire l’amour du hip hop et agira sur votre morale plus sûrement qu’une cure de magnésium au ginseng et au guarana.

Pasta Masta

Soupe douteuse : Poisson Fourrure – Bête de Flot

Soyez Poisson Fourrure, écoutez Poisson Fourrure et aimez Poisson Fourrure. Quand la bêtise crasse et décomplexée et la vulgarité du beauf bourré chantent de concert une ode vocodée à la médiocrité, Poisson Fourrure est une planche de salut. Poisson Fourrure est un trio de Super Zéros fruits d’une étrange théorie de l’évolution. Poisson Fourrure est tombé d’un BD d’Edika dans une marmite de jambon magique. Poisson Fourrure joue les idiots avec classe en déballant ses trouvailles. Embrassez le changement et optez pour l’évolution régressive. Homme moderne, homme post-moderne et toi aussi homme futuriste tout n’est pas encore perdu ! Sauve ton âme et aime Poisson Fourrure !

Pasta Masta

Menu du Jour #101

Par défaut

Tous les jours, un choix de 3 soupes toutes plus appétissantes les unes que les autres pour garder la forme sans sacrifier l’équilibre !

Soupe à l’huile de moteur : Danny Brown – Atrocity Exhibition

 Une instru chargée d’électricité et déboule de nulle part un flow à mi chemin entre le dirty south et le chant possédé d’Howlin Wolf. Ce n’est pas dans le hip-hop qu’on pourra trouver une comparaison pertinent à cet album mais bien dans la ville de son auteur : Detroit. Atrocity Exhibitons est le rejeton d’une lignée qui commence avec le MC5, les Stooges (des deux premiers albums hein !) et passe par son contemporain Mick Collins. Outre le furieuse pagaille organisée, on retrouve ce même dynamitage de la musique qui en extrait la substantifique moelle. Le rap de Danny Brown, c’est de la pâte à modeler préparée façon gumbo et qui nécessite quelques écoutes pour révéler toutes ses richesses.

Pasta Masta

Soupe alchimique gangrénée : Cozo – Casse Noisettes

Les gars de la Storm (déjà évoqués ici) sont des hyperactifs ! 3 mois à peine après leur dernier projet, voici l’album solo d’un des membres. Dans la lignée de ses tapes et de son premier album, Cozo délivre un rap droit dans ses pompes entre chronique du quotidien et tabassage de wacks sans négliger l’autodérision. Le beatmaking est somptueux, nourri de sonorités prog rock et fait songer aux meilleurs moments de Gangrene. Rajoutez à cela un maniement du micro de haut niveau renforcé par des guests avides de bouffer de la mesure et vous obtenez un parfait antidote à la soupe planante sous vocoder qui stagne en ce moment sous ma fenêtre.

Pasta Masta

Soupe 70’s : Mega Def – From The Vaults

Quelle tristesse ! Ce groupe est mort-né ! Alors écoutez et pleurez… Ecoutez ce savant mélange de rap et de funk-rock dans la tradition d’Hendrix, Funkadelic et Black Merda. Les guitares sont féroces et le MC affamé. L’enregistrement est brut, simple dans le but de capter un groupe au diapason manifestement en état de grâce. Alors pleurez mais n’oubliez pas d’écouter !

Pasta Masta

Menu du jour #80

Par défaut

Tous les jours, un choix de 3 soupes toutes plus appétissantes les unes que les autres pour garder la forme sans sacrifier l’équilibre !

 

Soupe au saveurs d’ici et de par là : Metal Chocolates – Metal Chocolates

Un disque injustement méconnu, sorti dans le sillage de Shabazz Palaces et Theesatisfaction. Hip-hop afro-futuriste psyché et inventif venu en droite ligne des 70’s. Le beatmaker OcNotes livre à chaque morceau une nouvelle trouvaille sur laquelle surfe un MC (Rik Rude) au flow malin et inventif. Un one shot bref mais intense dont la date de sortie (2011) laisse, hélas, peu espérer une suite.

Pasta Masta

Potage aux herbes des marais : Ill Green – The Distorted Phantasmagoric Gigantomachy

Le MC au masque à gaz continue à creuser son sillon boueux sous les ombres tutélaires de MF Doom et Kool Keith. On retrouve la même recette que précédemment : boucles hypnotiques à la provenance incertaine, parfois chargées d’électricité et survolées par un timbre de voix digne de son illustre prédécesseur au masque de fer. Le tout est accompagné d’un DVD illustrant l’histoire de ce concept album qui n’aurait pas déplu ni à un autre MF ni aux deux zigotos suscités.

Pasta Masta

Soupe au béton amer : Kod’Kant’Um – Les Pendules à l’Heure

Après un sample ralenti en forme de trompe-l’oeil façon autoradio qui déconne, l’EP s’ouvre sur un sample d’Amer Béton et le voyage commence. Sous ce blase et cette pochette énigmatique se cache un duo MC/beatmaker particulièrement inventif et à la rare alchimie. Loki, le MC au timbre de voix original, lâche des textes aussi complexes que percutants sur les prods biberonnées au Def Jux des grandes heures de son complice Sigmund Frog. Attention toutefois aux auditeurs d’une seule oreille : cet EP est de ceux qui s’apprivoisent et se dévoilent lentement.

Pasta Masta

Menu du jour #65

Par défaut

Tous les jours, un choix de 3 soupes toutes plus appétissantes les unes que les autres pour garder la forme sans sacrifier l’équilibre !

Soupe Miso : Ill Move Sporadic & Tenchoo – Panic Room 9

Pas de secrets : la bonne vielle formule héritée des 90’s à base de beats lancinants et de flows virevoltants. Rajoutez à ça des refrains accompagnés de choeurs scandés et une pochette qui rappelle les compils Shaolin Soul : on y est !

Pasta Masta

Gaspacho et chips de chorizo : MC Melodee & Cookin Soul – Passport Pimpin

La rappeuse néerlandaise poursuit sa fructueuse association avec le duo de beatmakers espagnols. Le résultat est un très bel album estival fait de prods hybrides et énergiques, smooth sans être mouligasses : un parfait terrain de jeu pour le flow magnétique d’une Melodee en grande forme.

Pasta Masta

Soupe d’écrevisses : AFRO & Marco Polo – Afro Polo EP

Le protégé de R.A. the Rugged Man sort enfin un premier effort, intégralement produit par l’un des beatmakers les plus inventifs de ces dernières années. Le résultat est explosif et on a même droit au couplet d’un Pharoahe Monch en grande forme.

Pasta Masta

Menu du jour #59

Par défaut

Tous les jours, un choix de 3 soupes toutes plus appétissantes les unes que les autres pour garder la forme sans sacrifier l’équilibre !

 

Soupe en briques rouges : Blaq Poet – The Most Dangerous

La pochette nous l’annonce : NYC is back ! Le New York de Blaq Poet n’est pas celui de Sinatra ou des hipsters vegans. Accompagné des beatmakers français Kyo Itachi et Venom, le MC nous balade dans son univers sombre et rugueux sans oublier de dégommer au passage une poignée de wacks imprudents.

Pasta Masta

Soupe de tradition : Timeless Truth – The Cold Wave

Ici aussi on nous annonce rapidement la couleur : New York, poum tchak, à l’ancienne ! Les boucles groovent, les flows rebondissent et Sean Price et Il Bill viennent faire coucou. Malgré son titre, un très bon compagnon estival.

Pasta Masta

Soupe maison : Domispyle – Planet of Junk

On continue dans le boom bap mais on aborde ici son versant le plus barré. Le duo bricole un rap énervé et hypnotique, quelque part entre Kool Keith et les premiers Mr Lif. Pas sûr que celui là vous suivra sur la plage ou en rando, mais gardez vous le de côté pour la rentrée.

Pasta Masta

Menu du jour #52

Par défaut

Tous les jours, un choix de 3 soupes toutes plus appétissantes les unes que les autres pour garder la forme sans sacrifier l’équilibre !

 

Soupe aux cactus bizarres : Zeroh – 0 EMISSIONS 2

Dans la tradition psyché de la côte ouest, Zeroh livre le deuxième volume de 0 emissions (déjà chroniqué ici par nos soins). On retrouve son univers fait de beats tordus, hantés par un flow qui se souvient de King Geedorah.

Pasta Masta

Soupe de mauvais goût sauce sueur : Alkpote et DJ Weedim – Sadisme et perversion

J’attendais depuis un moment un vrai album de l’empereur, un projet concis sans featurings embarrassants. L’alchimie est impeccable entre la trap mutante de Weedim et l’univers du rappeur qui va jusqu’à tenter des morceaux chantés. Pour auditeurs avertis.

Pasta Masta

Soupe extra-terrestre : G-DO et Xception – 2030

Un beatmaker et un MC liés par un projet digne d’Asimov. Le résultat est un album hybride et complètement fou qui nous fait voyager entre des ambiances jazz ou plus électriques. Attachez vos ceintures : ces types ont des projets pour vous !

Pasta Masta

Menu du jour #49

Par défaut

Tous les jours, un choix de 3 soupes toutes plus appétissantes les unes que les autres pour garder la forme sans sacrifier l’équilibre !

 

Soupe Jurassique : Oneofus – The Life and Times of Dankosaurus Rex

Beat tape tranquille, sans surprise mais de bonne facture. Beats soul, forte tendance boom-bap, ça passe bien le matin et ça ravira nos amis freestylers !

Pasta Masta

Soupe aux débris de verre : J.Keuz – Acceptions

J.Keuz c’est un rap pas toujours facile d’accès, une tendance à briser les codes du « bien écrit » rapologique tout en en affirmant une parfait maîtrise et des textes qui n’hésitent pas à aller piquer là où ça démange. Il nous offre ici un premier EP solo servi par un beatmaking luxueux (Chilea’s, Le Parasite, Barrio… excusez du peu) qui sert parfaitement son écriture dense et groovy.

Pasta Masta

Soupe déstructurée : Grems – PRAF EP

Après le très bon Green Pisse, le vétéran continue à creuser son sillon avec ce EP gratuit. Le résultat est court et intense, synthèse de ses influences : on pourrait donner à ce style un nom long comme un jour sans pain mais on est pas chez les Inrocks alors disons que c’est du Grems.

Pasta Masta

Menu du jour #43

Par défaut

Tous les jours, un choix de 3 soupes toutes plus appétissantes les unes que les autres pour garder la forme sans sacrifier l’équilibre !

 

Soupe du terroir : Madame Bert –Salade Bert Vol 1

Madame Bert c’est un rappeur de la famille des démerdards et des acrobates. Le MC livre un EP solide aux fortes influences anglaises. Mention spéciale au morceau Artiste Local, chronique égotrip de la galère et du système D imposés quand on vit loin des centres culturels.

Pasta Masta

 

Minestrone sauce Mississipi : Tensione as Buga é Simo – Struggle No More

Projet blues-rap italien, terrien et inventif. Alliance entre un musicien vétéran et un MC pour des ambiances qui me font songer aux films d’Ettore Scola.

Pasta Masta

 

Soupe aux fantômes : Ill Green – The Grun Reaper Headstones

Une biographie évoquant une mission confiée par un ange après une near death experience, un timbre de voix évoquant parfois Doom, une ambiance minimaliste et sombre, profondément habitée et un rap électrique comme la guitare qui le propulse parfois de son marécage jusque dans les rues de Brooklyn.

Pasta Masta